Lille Université Club Athlétisme : site officiel du club d'athlétisme de LILLE - clubeo

Les handicaps rencontrés

Les athlètes amputés

Ces sportifs ont une partie plus ou moins importante de membre inférieur ou supérieur en moins. Ils sont nés comme cela, ou ont perdu ce segment de membre à la suite d’un accident (cas le plus fréquent), ou de maladies (par exemple le cancer…). Il existe des cas de simples, doubles, triples ou quadruples amputations. Pour améliorer leur fonction, ces athlètes sont le plus souvent appareillés au moyen de prothèses. (dispositifs artificiels qui remplacent une portion de membre manquant). De ce fait, l’activité est aussi un sport mécanique.

Les athlètes blessés médullaires:

Que ce soit suite à un accident ou à une maladie, les lésions médullaires (moelle épinière)  occasionnent une paralysie. Les mouvements et les sensations de la partie inférieure du corps et parfois du tronc sont tout ou partie déficitaires (on parle de paraplégie). Les membres supérieurs peuvent aussi être touchés (on parle alors de tétraplégie). En fait, le degré d’atteinte dépend de l’emplacement de la blessure de la moelle épinière : plus la blessure est élevée au niveau de la colonne vertébrale, plus il y aura de muscles touchés. Ces sportifs pratiquent en fauteuil, de lancer ou de course. C’est aussi un sport mécanique.

Les athlètes paralysés cérébraux:

La paralysie cérébrale est consécutive à des lésions du cerveau, le plus souvent avant ou juste après la naissance. Les mouvements, l’équilibre et certaines fonctions cognitives peuvent être perturbés. Hémiplégie, diplégie spastique, tri ou quadriplégie, cérébelleux ou athétose sont les termes neurologiques décrivant les tableaux cliniques les plus fréquents. Ces sportifs peuvent présenter des profils fonctionnels très variés (allant de la nécessité d’usage d’un fauteuil roulant électrique à des possibilités de course quasi normales).

Autres pathologies:

L’athlétisme peut être pratiqué dans un contexte de maladie neurologique (accident vasculaire, traumatisme crânien, sclérose en plaques, spina bifida…), mais aussi de myopathie (comme la dystrophie musculaire de Duchenne de Boulogne), de séquelles de poliomyélite (polio), d’atteintes orthopédiques (articulations bloquées, arthrodèses…)

La mobilité passive (souplesse normale) et/ou la force musculaire doivent être suffisamment touchées pour que la personne soit considérée éligible (minimum de handicap) ; ces sportifs sont, en fonction des cas, assimilés à des amputés, des blessés médullaires ou des paralysés cérébraux.

Les athlètes déficients visuels:

Les personnes aveugles ou malvoyantes (atteinte du champ visuel ou de l’acuité) peuvent pratiquer l’activité.

Les perturbations sont diverses, certains voient un rideau blanc épais devant leurs yeux, d’autres perçoivent des rebords d’une zone noire au centre de leurs yeux, ne voyant jamais une forme complète, mais seulement le haut, le bas ou les côtés. Pour d’autres, rien n’est perçu sauf une petite lueur de lumière.

Les athlètes sourds:

Les Deaflympics d’été et d’hiver rassemblent des athletes Sourds de toutes les Fédérations de Sport des Sourds affiliées. Les participants aux Deaflympics et aux compétitions sous l’égide de l’ICSD doivent être : Sourd, défini comme ayant une perte auditive d’au moins 55 dB par moyenne de ton à 500, 1000 et 2000 Herts, conduction d’air, Standard ISO 1969).

Il est strictement interdit à tout compétiteur d’utiliser toute sorte de prothèse auditive /amplification ou partie externe d’implant cochléaire, pendant la compétition. Il est assez clair qu’utiliser une amplification en sport donne un avantage sur ceux qui ne l’utilisent pas. C’est pourquoi cela est interdit en compétition.

Les athlètes déficients intellectuels:

Il existe plusieurs types des déficiences intellectuelles. Certaines personnes naissent avec une déficience intellectuelle tandis que d’autres développent une déficience à la suite d’un accident ou d’une maladie. On appelle handicap intellectuel un trouble cognitif affectant les fonctions cérébrales. Pour plus d’informations visitez la Fédération Française du Sport Adapté : www.ffsa.asso.fr

CATÉGORIES 2016 2017

A compter du 01 novembre 2016

2011 et après: Baby Athlé

2008 2009 2010 : éveils athlé

2006 2007 : poussins

2004 2005 : benjamins

2002 2003 : minimes

2000 2001 : cadets

1998 1999 : juniors

1995 1996 1997 : espoirs

1978 à 1994 : seniors

1977 et avant: masters

Aucun sondage